cocoter


cocoter

cocotter [ kɔkɔte ] v. intr. <conjug. : 1> VAR. cocoter
• 1900; gogoter 1881; p.-ê. de 1. cocotte
Fam. Sentir mauvais. empester, puer. Ça cocotte ici !

cocotter ou cocoter verbe intransitif (de sentir la cocotte) Populaire. Puer.

I.
⇒COCOT(T)ER1, (COCOTER, COCOTTER)verbe intrans.
A.— [P. réf. au caquetage continu de la poule en basse-cour]
Rare. [En parlant d'une femme] Bavarder inlassablement. Synon. caqueter. Les poules de la maison se promenaient et cocottaient comme chez elles (LÉAUTAUD, Amours, 1906, p. 257).
B.— [P. réf. à cocot(t)e1 B 2] Se conduire en femme légère.
Rem. Attesté ds les dictionnaires.
Prononc. et Orth. :[], (je) cocotte []. Écrit avec 1 t ds LITTRÉ et Lar. Lang. fr.; écrit avec 2 t ou 1 t ds Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop. Étymol. et Hist. 1. 1876 « faire la fille galante » (Charivari, 1er nov. ds LITTRÉ Suppl.); 2. 1906 (LÉAUTAUD, loc. cit.) Dér. de cocotte1; dés. -er.
II.
COCOT(T)ER2, (COCOTER, COCOTTER)verbe intrans.
Arg. Sentir mauvais, puer. Ça cocotte, chez vous, ça pue le beurre rance (SARTRE, La Mort dans l'âme, 1949, p. 256).
[En parlant d'une pers., éventuellement suivi d'un compl. circonstanciel indiquant l'endroit d'où provient l'odeur] Cocotter du bec. Avoir mauvaise haleine. S'il fait chaud! (...) je dois cocoter d'en dessous les bras (AYMÉ, Le Nain, 1934, p. 122) :
... il était difficile, question des chaussures (...) Seulement il était comme moi il cocotait dur des panards... Il était terrible à renifler arrivé le samedi tantôt...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 412.
Emploi trans. (avec un compl. d'obj. interne indiquant la spécificité de l'odeur), rare. Elle cocottait l'anisette à deux mètres (R. FALLET, Banlieue Sud-est, 1947, p. 340).
Prononc. et Orth. :[], (je) cocotte []. 1 ou 2 t ds Lar. 20e et Lar. encyclop.; 1 seul t ds Lar. Lang. fr. Pour ces var. cf. aussi ex. supra. Étymol. et Hist. 1881 gogoter (L. RIGAUD, Dict. de l'arg. mod., p. 198); 1900 cocotter (NOUGUIER, Notes manuscrites interfoliées au Dict. de Delesalle, p. 72). Prob. dér. de cocotte1 d'apr. l'idée de sentir la cocotte « sentir le parfum (trop fort et/ou de qualité médiocre) des femmes légères ». La forme gogotte (peut-être altération d'apr. gogue, goguenots « fosse d'aisance »?) n'est pas suffisante pour retenir l'hyp. d'une formation par apocope et redoublement de chelingoter, dér. de chlinguer « puer » (ESN.). Fréq. abs. littér. Cocoter : 6. Bbg. SAIN. Lang. par. 1920, p. 296.

cocoter ou cocotter [kɔkɔte] v. intr.
ÉTYM. 1900; gogoter, 1881; origine obscure, p.-ê. de 1. cocotte, I., 3.
Fam. Sentir mauvais. Puer. || Cocotter du bec : avoir mauvaise haleine.Ça cocotte, ici !

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cocoter — co|co|ter Mot Agut Nom masculí …   Diccionari Català-Català

  • cocotter — [ kɔkɔte ] v. intr. <conjug. : 1> VAR. cocoter • 1900; gogoter 1881; p. ê. de 1. cocotte ♦ Fam. Sentir mauvais. ⇒ empester, puer. Ça cocotte ici ! ● cocotter ou cocoter verbe intransitif (de sentir la cocotte) Populaire. Puer. I. ⇒COCOT( …   Encyclopédie Universelle

  • chlinguer — ou schlinguer [ ʃlɛ̃ge ] v. intr. <conjug. : 1> • 1846; p. ê. de l all. schlagen « taper » ♦ Fam. et vulg. Puer. ⇒ empester. « je pue ils pincent leur nez ils disent ça chlingue ça fouette » (Duvert). ● chlinguer ou schlinguer verbe… …   Encyclopédie Universelle

  • cogner — [ kɔɲe ] v. <conjug. : 1> • fin XIIe; lat. cuneare « enfoncer un coin » 1 ♦ V. tr. Vx Frapper sur (qqch.). Cogner un clou. Mod. Heurter (qqch.). Sa tête alla cogner le mur. Se cogner la tête et se faire une bosse. Loc. Se cogner la tête… …   Encyclopédie Universelle

  • fauve — [ fov ] adj. et n. m. • falve 1080; bas lat. falvus (IXe), frq. °falw 1 ♦ D un jaune tirant sur le roux. ⇒ roussâtre. Cheval fauve. « un gazon brûlé, fauve comme une peau de lion » ( Gautier). 2 ♦ (1573) Bête fauve : (vx ) bête sauvage au pelage… …   Encyclopédie Universelle

  • puer — [ pɥe ] v. <conjug. : 1> • fin XIIIe, rare jusqu au XVIIe; puir v. 1175; du lat. pop. °putire, du lat. class. putere 1 ♦ V. intr. Sentir très mauvais, exhaler une odeur infecte. ⇒ empester. Ça pue ici ! « Il n y a pas à discuter pourquoi le …   Encyclopédie Universelle

  • schlinguer — chlinguer ou schlinguer [ ʃlɛ̃ge ] v. intr. <conjug. : 1> • 1846; p. ê. de l all. schlagen « taper » ♦ Fam. et vulg. Puer. ⇒ empester. « je pue ils pincent leur nez ils disent ça chlingue ça fouette » (Duvert). ● chlinguer ou schlinguer… …   Encyclopédie Universelle